Retour au 1984 de George Orwell.

Relisant le roman Nineteen Eighty-Four (Mille neuf cent quatre-vingt-quatre) de George Orwell, je ne peux pas m’empêcher de faire certains parallèles avec ce qui se passe aujourd’hui dans notre monde post-1984. Je pense notamment aux politiques conservatrices et néolibérales qui ont cours depuis la fin des années 80 essayant de ramener, dans les pays occidentaux, les conditions de vie qui prévalaient au XIXe siècle.

Image L Ministry of Truth (Ministère de la Vérité)

Auteur : Jordan L'Hôte • Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:1984JLH1.jpg

En y lisant la devise du Ministry of Truth (Ministère de la Vérité) :

WAR IS PEACE (LA GUERRE C’EST LA PAIX)
FREEDOM IS SLAVERY (LA LIBERTÉ C’EST L’ESCLAVAGE)
IGNORANCE IS STRENGHT (L’IGNORANCE C’EST LA FORCE);

je ne peux m’empêcher de penser à l’agenda conservateur dans le monde , et pour mon propos à des exemples spécifiques au Canada.

Évidemment la question de la modification du rôle des Forces Armées Canadiennes, passant d’une orientation de maintien de la paix à une orientation guerrière et agressive, est au centre de cette question relié à ce premier énoncé sur la guerre et la paix. Pour aller de pair, les dépenses extravagantes d’armement au dépend des programmes sociaux et de l’éducation. Qu’est-ce qui devrait être plus important pour un gouvernement se disant démocratique :  aider la population par le biais de services comme l’inspection alimentaire, la santé, la sécurité sociale et l’éducation, ou bien aider les institutions financières, les industriels de l’armement et du pétrole?

« Nations have recently been led to borrow billions for war; no nation has ever borrowed largely for education.  Probably, no nation is rich enough to pay for both war and civilization.  We must make our choice; we cannot have both. » (Les nations ont récemment emprunté des milliards pour la guerre; aucune nation n’a largement emprunté pour l’éducation. Il n’y a, probablement, aucune nation qui a les moyens de payer simultanément pour la guerre et la civilization. Nous devons effectuer des choix, nous ne pouvons pas avoir les deux.)  Abraham Flexner

Pour le deuxième énoncé sur la l’esclavage qu’est la liberté, il n’y a qu’à penser aux instances ou le « Gouvernement Harper » a muselé le Parlement; a sabrer dans les dépenses relié à la défense du droit des femmes; a sabrer dans les dépenses reliées à la culture attaquant de ce fait le droit de parole; s’est constamment attaqué à Radio-Canada et à la liberté de presse; a fait passer une série de lois pour accroître la répression policière et qui obligeront les provinces à construire plus de prisons plutôt que des programmes de réhabilitation qui donnent des résultats, sous prétexte de faire payer les criminels, oubliant l’énoncé de Victor Hugo « Celui qui ouvre une porte d’école, ferme une prison. »; a signé le traité ACTA qui va considérant limiter le droit de parole et de diffusion sur l’internet créant de ce fait un mécanisme qui s’apparente à la Thought Police (la Police de la Pensée) d’Orwell.

Quant au troisième énoncé portant sur la force de l’ignorance, je pense notamment à cette action du gouvernement du Québec qui a décidé de faire fi des décisions collectives depuis la fin des années 1960 et qui devaient permettre l’accès à tous les citoyens du Québec, quelle que soit leur origine et leurs capacités financières, de disposer d’une éducation, primaire, secondaire, collégiale et universitaire de qualité, selon leur capacités et leur vouloir, faire fi de cette décision collective en augmentant les frais de scolarité universitaire de façon abusive. On voudrait revenir aux conditions financières telles qu’elles existaient avant 1968.

Le problème c’est que les manifestations étudiantes de cette époque  (et depuis) ont permis de modifier le paysage afin de rendre cette éducation accessible et éventuellement sans frais, comme avec la création des CÉGEPs. Même si il y eu augmentation des frais de scolarité universitaires à plusieurs reprises depuis, plutôt que l’abolition de tels frais comme prévu. Quelle sera la prochaine étape de ce gouvernement : rendre l’éducation collégiale payante? rendre l’éducation secondaire payante? Le message du gouvernement, répété ad nauseampar une presse pas toujours neutre et trop souvent complice, c’est que les étudiants sont des enfants gâtés qui veulent tout cuit dans la bouche. L’opinion publique se fabrique donc dans ce sens. Pourtant « If you think education is expensive, try ignorance.  » (Si vous croyez que l’éducation est onéreuse, essayez l’ignorance.) Phrase attribuée tant à Andy McIntyre qu’à Derek Bok.

Car il faut savoir. Qu’est ce qui est plus important de financer, l’accès à l’éducation pour la majorité ou bien les contrats extravagants allant aux amis du parti au pouvoir? Toute personne de bon sens et croyant aux idées démocratiques connaît la bonne réponse à donner à cette question. Encore faut-il pouvoir poser une telle question. Et c’est en limitant l’accès à l’éducation supérieure qu’on va limiter la capacité des Québécois et Québécoises d’exercer leur droit de parole et qu’on reviendra au temps ou l’idéologie dominante prônait « Bienheureux les pauvres d’esprit car le royaume des cieux leur appartient ».

« Dans une société de l’information et de la communication, les compétences en matière d’analyse de tous les textes et discours, et les capacités d’expression sont des enjeux cruciaux. Dans une société submergée de discours, le développement de la faculté à s’interroger engage un savoir-être indispensable pour que l’esprit critique tienne. » Max Roy « Enseignement de la littérature » dans Le Dictionnaire du littéraire, Presses Universitaires de France, 2002.

Lorsque Winston Smith, le personnage d’Orwell,  prend le risque mortel de commencer à écrire dans un journal, à se poser des questions au sujet de ses lecteurs potentiels, il sait très bien que la force du gouvernement est de faire d’un individu une non-entité, de le faire disparaître entièrement.

N’est-ce pas le cas des gens du peuple au long cours de l’histoire de l’humanité? Les seuls peuples qui ont une histoire aujourd’hui sont ceux qui ont gardé en vie leur tradition orale, parfois millénaire. Pour les autres peuples, ceux détenant l’écriture, l’histoire appartient à ceux qui contrôlent la production des écrits.

Ce qu’Orwell n’avait pas pu prévoir en 1949 lorsqu’il publia 1984, lorsque son personnage Smith se pose la question « How could you make an appeal to the future when not a trace of you, not even an anonymes word scribbled on a piece of paper, could physically survive? » (Comment faire appel au gens de l’avenir lorsqu’aucune trace de votre personne, même pas un mot anonyme tracé sur un morceau de papier, ne subsiste physiquement?) , l’imprévisible pour Orwell est l’arrivée de médias d’enregistrements électroniques à la portée du public, de l’internet et de médias d’échanges sociaux.

Pour la première fois dans l’Histoire, des gens de tout états, de n’importe quelle sphère, peuvent émettre et diffuser à grande échelle publique des idées et des sentiments en plus de pouvoir s’organiser socialement et politiquement. Pour la première fois de l’histoire, des gens de tous les peuples peuvent partager avec le monde entier ce qui arrive à leur communauté. Grâce à ces modes de diffusion, on a pu constater le « Printemps Arabe », le mouvement « Occupy Wall-Street», et maintenant au Québec le mouvement des étudiants que certains ont appelé le « Printemps Érable » pour faire un parallèle avec ce qui se passe en Afrique-du-Nord et au Moyen-Orient.

La possession des esprits et des coeurs étant au mitant des affrontements entre « Big Brother » et les peuples, que nous réserve l’avenir?

Publicités
À propos

Directeur général Association pour la création littéraire chez les jeunes « Permettre aux jeunes personnes de s'approprier leur littérature. »

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Économie, Droit de parole, Essai historique, Guerre et paix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire a ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

Rejoignez 357 autres abonnés

Partagez

Bookmark and Share

Mes archives
Catégories
%d blogueurs aiment cette page :